Martin Callanan debate with President Hollande of France

Mar 15, 2013

Category:Speeches

Mr President, may I start by joining with the other group leaders and paying tribute to you and to your brave armed forces for the current operation in Mali. Your troops, aided by British and other Member States’ forces, are risking their lives to protect us, and we owe them a huge debt of gratitude. I think the Chamber is united on that point.

Mr President, thank you for agreeing to hold a debate here in Strasbourg today. It is, of course, a beautiful and welcoming city, one that should perhaps be visited by everyone at least once, but maybe not once every month. You label yourself a pro-European, but if you truly were, then you would allow the Treaties to be changed so that this Parliament can finally decide where and when it sits. A large majority of Members in this Chamber, from all different nationalities, from all political groups – even including some French Members – are now in favour of this reform. I hope that you will support it, and I am sorry that none of the other group leaders had the courage to mention it.

Mr President, I do not want to concentrate purely on Strasbourg today. Instead, I want to convey to you a simple message: thank you. Thank you for brilliantly demonstrating to the rest of Europe exactly what a socialist government looks like in practice – one that gets elected on to put an end to austerity and is then mugged by economic reality into introducing harsh budget cuts. I hope that the British Labour Party and all of the other socialist parties across Europe campaigning on similar themes are watching what actually happens in practice.

When the socialists left power in my country, they left a note in the country’s Treasury. It said: ‘I am afraid there is no money left’. Last week your Labour Minister admitted that France is bankrupt. Let us be clear. Things are not in great shape in other countries either, but since you have come to power we have seen how devastating socialism can actually be, even to a country as well-placed and talented as France. When we look at the start of the crisis, it was socialist governments – in Spain, in Britain, in Portugal and in Greece – that maxed out the national credit cards, and it is conservative and centre-right parties that are helping to clear up the mess that they created.

Mr President, you have shown us our socialist future. If we increase taxes to 75%, if we lower the retirement age to 60, and if we have a 35-hour working week, then of course that is electorally attractive. However, it is also devastating to our international competitiveness. Ronald Reagan used to have a great saying: ‘If it moves, tax it; if it keeps moving, regulate it; and, when it stops moving, subsidise it’. Reagan, of course, meant that as a joke, but sadly many of our socialists in this Chamber see it as some sort of manifesto.

If Europe is to thrive then we need to take a new direction. For socialists – and you have said it again today – the single market means harmonised labour rules. It means, as you said, harmonised taxes and harmonised economic policies. For me, the single market means a free forum where we all compete with each other and, in turn, we then become more competitive in the international market.

I raise this point because many in this House – and I think you hinted at it in your speech – keep suggesting that David Cameron was somehow asking for an unfair competitive advantage in his speech two weeks ago. That is simply not the case. He wants reform for all of Europe – a single marketplace where one country can have lower taxes, such as in Ireland, where other countries can have more flexible labour rules, such as in the UK, where some countries can have industry-friendly policies such as in Germany or the new Member States, and yet all still be integral members of the single market. It is time to make the EU about competition once again.

After David Cameron’s speech, Mr President, your Foreign Minister said that this approach was like joining a football club and wanting to play rugby. Now, I like Mr Fabius; he has been right before. If you remember, he led the French ‘No’ campaign against the European Constitution. I think he is right again. In fact, I do not think he realised quite what a good analogy that actually was. This is because, of course, a football pitch is exactly where the game of rugby was first invented. No doubt the person who picked up that ball at the time and ran with it was derided, insulted and shouted at by his fellow players. But now, of course, we know that he invented a game followed by millions, although I suspect its popularity is waning a bit in France after Sunday’s result. Congratulations to Italy.

Personally, I prefer football. In fact I am proud to be a fan of Newcastle United. I am delighted to tell you that this month we have signed five new French players. I do not know whether your new 75% tax rate had anything to do with their enthusiasm to leave France and join Newcastle, but if it did, can I say on behalf of all Toon fans: ‘Merci beaucoup, Monsieur le President’. France’s loss is Newcastle’s gain.

Mr President, I want to see a strong France helping to move Europe in a new direction. So far, the first few months of your Presidency have shown that socialism will deliver neither.

____

Monsieur le Président, laissez-moi tout d’abord vous féliciter ainsi que vos courageuses forces armées pour l’opération en cours au Mali. Vos troupes, appuyées par les forces britanniques et celles d’autres États membres, risquent leurs vies pour nous protéger et nous leur devons beaucoup. J’espère que chacun dans cette Assemblée se joindra à moi pour leur rendre hommage.

Monsieur le Président, merci d’avoir accepté de venir débattre avec nous aujourd’hui dans la ville magnifique et accueillante qu’est Strasbourg,. Une ville qu’il faudrait avoir vue au moins une fois dans sa vie. Mais peut-être pas chaque mois.

Vous vous qualifiez de pro-européen. Mais si vous l’étiez vraiment, vous permettriez que les traités soient modifiés de telle manière que le Parlement puisse décider où et quand il siège.

Une grande majorité de députés, de différentes nationalités, y compris certains députés français, sont, dans tous les groupes politiques, en faveur de cette réforme (contrairement à certains de leurs chefs de groupes!)

Mais, Monsieur le Président, Strasbourg n’est pas le principal sujet que je voudrais aborder aujourd’hui. En effet, je souhaite plutôt faire passer un message simple: merci, Monsieur le Président! Merci d’avoir brillamment démontré au reste de l’Europe ce à quoi un gouvernement socialiste ressemble dans la pratique. Un gouvernement élu en promettant de mettre fin à l’austérité et, qui se trouve ensuite acculé par la réalité économique à pratiquer des coupes budgétaires sévères.

J’espère que le Parti travailliste britannique et tous les autres partis socialistes d’Europe qui défendent dans leurs campagnes des thèmes similaires, sont bien attentifs à ce qui se passe.

Dans mon pays, quand les socialistes ont quitté le pouvoir, ils ont laissé une note au ministère des finances qui disait: “désolés, mais il n’y a plus d’argent”. La semaine dernière, votre ministre du travail et de l’emploi a admis que la France était un État en faillite.

Soyons clair, ce n’est pas non plus la grande forme dans les autres pays, mais depuis que vous êtes arrivé au pouvoir, nous avons vu quel effet dévastateur un gouvernement socialiste pouvait avoir sur un pays comme la France, aussi bien placé et talentueux soit-il.

Quand nous regardons en arrière, nous constatons que ce sont les gouvernements socialistes – en Espagne, en Grande-Bretagne, au Portugal et en Grèce – qui, au début de cette crise, ont fait chauffer les cartes de crédit nationales et que ce sont les partis conservateurs et de centre-droite qui ont ensuite réparé les dégâts.

Monsieur le Président, vous nous avez montré l’avenir socialiste:

  • une augmentation des taxes à 75 %,
  • un abaissement de l’âge du départ à la retraite à 60 ans et,
  • une réduction du temps de travail à 35 heures semaines.

Cela est bien sûr attrayant d’un point de vue électoral mais dévastateur pour notre concurrence internationale.

Ronald Reagan déclarait: “Si ça bouge, taxez. Si ça continue à bouger, régulez et si ça s’arrête de bouger, donnez des subventions”. Reagan plaisantait, c’est certain; de nombreux socialistes semblent voir là une sorte de manifeste.

Si l’Europe doit prospérer, il faut la faire changer de cap. Pour les socialistes, “marché unique” veut dire harmonisation des règles de travail, des taxes et des politiques économiques.

Pour moi, le “marché unique”, c’est se retrouver dans un espace ouvert où chacun entre en compétition avec les autres et où chacun devient, à tour de rôle, plus compétitif sur le marché international.

Je soulève cette question parce que nombre d’entre vous m’ont laissé entendre que David Cameron, quand il a prononcé son discours il y a deux semaines, réclamait un avantage concurrentiel indu. Ce n’est tout simplement pas le cas. Monsieur Cameron souhaite une réforme pour l’ensemble de l’Europe – un marché unique où un pays

  • peut avoir des taxes moins élevées – comme l’Irlande,
  • peut avoir des normes de travail plus flexibles – comme la Grande-Bretagne,
  • peut avoir des politiques favorables à l’industrie – comme l’Allemagne ou les nouveaux États membres,

mais tout en restant membre à part entière du marché unique. Il est temps de reparler à nouveau de la compétition en Europe.

Monsieur le Président, votre ministre des affaires étrangères a comparé cette approche à l’attitude de quelqu’un qui s’inscrit à un club de football tout en voulant jouer au rugby.

Ceci dit, M. Fabius avait raison, à l’époque, quand il s’est opposé au projet de Constitution européenne et je pense qu’il a de nouveau raison aujourd’hui. En fait, je ne pense pas qu’il se soit rendu compte, à ce moment-là, de la finesse de son analogie.

Car c’est précisément sur un terrain de football que le rugby aurait été inventé. Il ne fait aucun doute que le joueur qui, à cette époque, a ramassé la balle puis s’est encouru avec, a dû subir les railleries et les cris de ses coéquipiers.

Bien sûr, nous savons aujourd’hui qu’il a inventé un sport qui est désormais suivi par des millions de gens, bien que je suspecte que sa popularité ait un peu baissé à l’annonce des résultats du match de dimanche dernier, en France.

Personnellement, je préfère le football. En réalité, je suis un supporter de Newcastle United et, d’ailleurs, notre équipe vient d’engager cinq joueurs français le mois dernier. Je ne sais pas si votre nouveau projet de taxe à 75 % a un lien avec l’enthousiasme avec lequel ils ont quitté la France et rejoint l’équipe de Newcastle mais, si tel est le cas, je peux vous dire, au nom de tous les supporters du Toon: merci beaucoup Monsieur le Président!

Monsieur le Président, je souhaiterais voir une France forte qui aide l’Europe à avancer dans une nouvelle direction. Jusqu’à présent, les premiers mois de votre présidence ont montré que le socialisme n’y contribuerait pas.